•  Découverte de la première poésie, pour le jour de la rentrée :

    Télécharger « Le-jour-de-la-rentree.pptx »


    3 commentaires
  • J'en entends pas mal parler sur les forums, en ce moment, mais je n'en avais jamais fait.

    Aujourd'hui, je me suis lancée, et improvisé une carte mentale (heuristique ?) destinée à faciliter la mémorisation d'une poésie (les 8 premiers vers des Hiboux, de Desnos).

    D'habitude, je faisais de la méthodologie de la mémorisation en évoquant les différentes stratgéies "pour retenir", et le dessin en faisait accessoirement partie, mais j'insiste davantage sur la répétition orale, vers par vers.

    Je leur ai dit qu'on pouvait aussi "dessiner" la poésie, tracer son chemin, avec quelques mots-clés.

    Ma première "carte mentale"

    C'est un peu le bazar, hein...

     Je ne sais pas si c'est cela que l'on appelle "carte mentale", mais j'ai trouvé que c'était un bon support de mémorisation, et eux aussi. Je vais peut-être dans un second temps leur demander d'en faire une eux-mêmes, pour une autre poésie.

     


    4 commentaires
  • Un post de lilo092 (merci à elle !) sur EDP, m'a donné l'idée d'une nouvelle création poétique réalisable en classe (je testerais bien cette année, en lien avec la géo...)

    Le texte d'origine :

    L’école, de jacques Charpentreau

    Dans notre ville, il y a
    Des tours, des maisons par milliers,
    Du béton, des blocs, des quartiers,
    Et puis mon cœur, mon cœur qui bat
    Tout bas.

    Dans mon quartier, il y a
    Des boulevards, des avenues,
    Des places, des ronds-points, des rues,
    Et puis mon cœur, mon cœur qui bat
    Tout bas.

    Dans notre rue, il y a
    Des autos, des gens qui s'affolent,
    Un grand magasin, une école.
    Et puis mon cœur, mon cœur qui bat
    Tout bas.

    (Dans cette école, il y a
    Des oiseaux chantant tout le jour
    Dans les marronniers de la cour.
    Mon cœur, mon cœur, mon cœur qui bat
    Est là.)

     

    Déroulement envisagé :

    1)    Apprentissage de la poésie de Jacques Charpentreau, sauf dernière strophe sur l’école.

    En lien avec le travail sur les paysages urbains en géo (CF lexique spécifique)

    2)    Rédaction collective d’une strophe sur l’école :

    -       Réalisation rapide, par collecte orale, d’un « mur des mots possibles»

    -       Inscription de quelques-uns de ces mots dans la strophe, en conservant sa structure. Eventuellement aussi les rimes et la mesure (octosyllabe).

    Dans cette (mon ?) école, il y a
    ………………………………………

    ………………………………………

    Et puis mon cœur, mon cœur, mon cœur qui bat
    tout bas.

     - lire la strophe de Charpentreau sur l'école, et comparer.

    3)    Travail individuel : écrire une strophe au choix en commençant par :

    Dans la cour, il y a...

    Dans notre classe, il y a ...

    Sur le tableau il y a...

    Dans ma case, il y a...

    ... ?

    -->  Aide en petit groupe pour ceux qui en ont besoin : énumération de tous les mots possibles pour une des strophes; choix de quelques termes en fonction des contraintes rimiques et rythmiques.

    4) Il me reste à trouver un travail d’illustration...

      

    Edit : je ferais bien un collage à partir de photos de villes comme chez Maitronaute :

    Dans notre école, il y a...

     

     

     


    5 commentaires
  • (Je case ce moment -sans véritable objectif pédagogique- dans l'après-midi, quand un besoin de pause se fait sentir, une fois la poésie recopiée.)

     

    Certains élèves sont très doués en dessin (il y a vraiment de l'innée là-dedans), et j'ai souvent dans l'année de magnifiques illustrations (que je regrette, là, maintenant, de n'avoir pas photographiées.)

    Mais d'autres sont coincés, n'osent pas :

    "Je ne sais pas dessiner, maîtresse !

    - Ben, moi non plus..."

     

    Du coup, aux timides du crayon, je souhaite proposer des aides un peu moins empiriques que d'habitude.

    Je donnais, souvent dans l'urgence :

    - un dessin du personnage à illustrer (une cigale, par exemple), trouvé sur le Net;

    - une idée non figurative (pour l'automne, par exemple, mais ça n'est pas toujours possible);

    - ou demandais à un élève de venir nous faire un "modèle" au tableau.

     

    J'ajouterai cette année, si le besoin s'en fait sentir, et pour certains élèves qui le souhaitent, des dessins par étapes. L'idée m'est venue en trouvant dans les réserves de l'école de vieux livres de Thérèse Gelly, qui ne sont apparemment plus édités.

    Pour les Hiboux, de Desnos :

    Illustrer les poésies 

      

     

    Pour le Corbeau et le Renard, de J de LF :

    Illustrer les poésies

      

     

     

    Et un corbeau sur "Péda à la volta" : Illustrer les poésies

     

    (à suivre)


    9 commentaires
  • En plan 5, consacré au dialogue rédigé, la Cigale et la Fourmi.

     

    Et comme on a parlé de Perrault en période 1, ce sera l'occasion d'évoquer Gustave DORE.

      

    La Fontaine, l'incontournable (2)

      

     

    A voir :

    Un article de Celeborn sur la composition des dessins de Gustave Doré :

    http://celeblog.over-blog.com/article-28462012.html

     

    Des illustrateurs célèbres des fables :

    http://sci-rochebas.perso.neuf.fr/fables/pages/illustrateurs.html

     

     __________________

    J'aime beaucoup le Loup et l'agneau (et son détournement par B. Friot), aussi, mais il faut faire des choix...

    LES HISTOIRES SE TERMINENT TOUJOURS DE LA MÊME FAÇON


    Le loup fait sa sieste. L'agneau s'approche doucement et lui saute sur le ventre.
    - Je veux un bonnet ! crie l'agneau. Tricote-moi un bonnet, tout de suite.
    Et le loup va chercher deux pelotes de laine, des aiguilles à tricoter et un modèle découpé dans un catalogue de tricots. Il s'applique énormément, mais le fil lui échappe sans cesse et les mailles se défont.
    L'agneau est mort de rire, il n'en peut plus, il se tient les côtes et se roule par terre. Le loup est tout penaud.
    - Fais-moi un gâteau au chocolat ! ordonne l'agneau.
    Et le loup prend de la farine, des oeufs, du beurre, du sucre, de la levure et du chocolat. Il mesure, mélange, ajoute et fait cuire, exactement comme dans la recette. Mais le gâteau ne lève pas, il est aussi plat qu'une galette.
    L'agneau se tape les cuisses, il en pleure de rire. Non, vraiment, c'est trop drôle !

    Le loup s excuse humblement.
    - Lis-moi la fable du loup et de l'agneau ! réclame l'agneau.
    Et le loup grimpe sur un escabeau pour attraper le gros livre relié. Il met ses lunettes, cherche la bonne page et se met à lire. Le loup a une belle voix grave et il lit merveilleusement bien.
    L'agneau hurle de rire. Il fait des bonds comme un cabri, il trépigne, il étouffe.
    - Encore, encore !! bêle-t-il sottement.
    Le loup reprend le livre et recommence à lire. Ses yeux se rétrécissent, sa voix est comme étranglée. Au milieu de la sixième ligne, il s'arrête brusquement, se lève d'un bond, se jette sur l'agneau et le dévore.

    Histoires pressées, Bernard Friot
    Collection poche Junior, 1999, Éditions Milan

      __________________

    Une mise en scène par la Comédie Française existe en DVD. Certains extraits sont tout à fait regardables en Ce2 :

    La Fontaine, l'incontournable (2) 


    votre commentaire
  • La Fontaine, l'incontournable

     

    Cette année, deux fables au programmes.

    D'abord le C et le R :

    La Fontaine, l'incontournable

     

    Comme ça, lors du plan 4 (sur la BD), on écrira une nouvelle version :

    La Fontaine, l'incontournable

    Page extraite de : Apprendre à rédiger différents textes, RETZ


    3 commentaires
  • Mon école a la chance de bénéficier d'un intervenant en musique (plein de talent, en plus). Chaque classe monte avec lui un projet par an, et dispose de 7 séances de 30 minutes pour aboutir à un résultat fini. C'est peu, mais on y arrive quand même, car ce sont 30 minutes intensives que les enfants adorent, où nous sommes deux pour les encadrer, et qui sont préparées en classe.

    Depuis quelques années, je choisis de leur faire illustrer en musique (avec les instruments du bord et l'accompagnement à la guitare de notre intervenant) une poésie qu'ils ont apprise et continuée.

    Donc, dans un premier temps, sont rédigés ensemble, en classe, quelques vers qui donnent une touche personnelle au poème bien connu.

     

    Ci-dessous 3 exemples.

    1) Poème : Ne... d'André Spire.

    Chacun rédige au brouillon un ou deux conseils du grand-père à l'enfant, avec la contrainte de 6 syllabes. Les vers, validés par la classe, sont ajoutés au poème (en bleu).

    NE...
    Ne touche pas au feu
    Me disait le grand oncle;
    Ne marche pas si vite,
    Tu te mettras en nage;
    Ne cause pas en route,
    Ne regarde pas en l'air;
    Ne regarde pas à droite,
    Il y a la fleuriste;
    Ne regarde pas à gauche,
    il y a le libraire;
    Ne passe pas la rivière,
    Ne monte pas la colline, N'entre pas dans les bois.
     

    Ne danse pas le rap,
    Il y a trop de gens;
    Ne parle donc pas trop fort,
    Tu perds de la salive;
    Ne va pas sur la route,
    Pour te faire écraser;
    Ne te penche pas sur l'eau,
    Tu risques de te noyer;
    Ne chante pas si fort,
    Je vais devenir sourd;
    Attention au feu rouge,
    Les voitures vont passer;
    Ne va pas dans les bars,
    Tu risques une agression;
    Ne marche pas sur la route,
    Il y a plein de voitures;
    Ne cours donc pas si vite,
    Sur les passages piétons;
    Ne parle pas anglais,
    Je ne te comprends pas;
    Ne hurle pas si fort,
    Tu réveilleras les autres;
    Ne danse pas la valse,
    Tu vas me mettre la honte;
    Ne touche pas au briquet,
    Ou tu vas te brûler;
    Ne dis pas de gros mots,
    Sinon je te punis;
    Ne touche pas aux fourmis,
    Car elles vont te piquer;
    Ne mange pas trop de sucre,
    Tu auras des caries.

    Zut ! Je n'ai rien pu faire,
    De toute la balade !

     André Spire (et les ce2)

     

    2) Même principe pour l'inventaire du vampire de Carl Norac.

      

    Tous les matins, de son visage sa personne,
    le vampire fait l'inventaire.
    Tous les matins il craint le pire
    devant son miroir centenaire.
    Le nez est-il au centre ? Oui.
    Les yeux en face des trous ? Oui.
    Les cheveux bien gominés ? Oui.
    Le front mi-soucieux (...) ? Oui. Le sourire mi-content (...) ? Oui.
    Les joues et leur blancheur ? Oui. Les dents toujours parfaites ? Oui.

    Mon chapeau toujours blanc ? Oui.
    Le visage très ridé ? Oui.
    Les oreilles bien ouvertes ? Oui.
    Le menton en avant ? Oui.
    La cravate bien nouée ? Oui.
    Le manteau bien porté ? Oui.
    Le menton bien rasé ? Oui.
    Les boutons attachés ? Oui.
    Les oreilles toutes rouges ? Oui.
    Les sourcils bien épais ? Oui.
    Les oreilles bien pointues ? Oui.
    Le cou est-il bien droit ? Oui.
    Le ventre toujours rentré ? Oui.
    Les mains assez crochues ? Oui.
    Les chaussures pas trop sales ? Non.
    (...)

    - Alors, l'ami, qu'est-ce qui cloche ?
    Se dit le vampire lassé de se voir.
    - Rien ma foi, répond le miroir,
    mais c'est bien dommage que tu sois si moche.

     

    La mise en musique :      Créations poétiques collectives

      

    3) Pour Les Hiboux, plus difficile, tout s'est fait en collectif : recherche d'un corpus de mots se terminant par /ou/, et inclusion dans le poème.

      

    Ce sont les mères des hiboux
    Qui désiraient chercher les poux
    De leurs enfants, leurs petits choux,
    En les tenant sur les genoux.
    Leurs yeux d'or valent des bijoux
    Leur bec est dur comme cailloux,
    Ils sont doux comme des joujoux,
    Mais aux hiboux point de genoux !
    Votre histoire se passait où ?
    Chez les Zoulous ? Les Andalous ?
    Ou dans la cabane bambou ?
    A Moscou ? Ou à Tombouctou ?
    En Anjou ou dans le Poitou ?
    Au Pérou ou chez les Mandchous ?

    Dans des igloos, chez les filous ?

    Chez vous, chez nous, ou chez les loups ?

    Chez les loulous, chez les nounous ?

    Sur les toutous, les kangourous ?

    Ou chez les mamans des chouchous ?

    Hou ! Hou ! Pas du tout, c'était chez les fous !

     

    La mise en musique :

    Créations poétiques collectives


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique