• Des plans de travail, mais pourquoi ?

    Eté 2010.

    En considérant ma classe à venir...

    - niveau très hétérogène avec 2 non-lecteurs 

    - Un enfant bénéficiant d’un PPS (troubles autistiques).

    - Résultats aux évaluations nationales de fin de Ce1 très décevantes, avec deux points très faibles en calcul et grammaire-orthographe

    - Parmi les 31 ce1 2009-2010, les moins autonomes et les plus en difficulté ont été mis dans ce simple niveau.

     

    En considérant ma pratique de classe jusque-là...

    - des différenciations empiriques, ponctuelles et pensées dans l'urgence, trop occupationnelles pour les « bons »,  trop individualisées et/ou décrochées pour les enfants en difficulté;

    - des séquences conçues pour un élève moyen et fantasmé, qui ne tient pas compte de l'extrême hétérogénéité de mon public réel (différences de rythme, d'acquis solides, d'image de soi en tant qu’élèves[1]), dans un quartier de grande mixité sociale.

    Les enfants les plus à l’aise (qui maîtrisent à la fois les compétences graphiques et d’organisation, les attentes et le langage de l’école et de l’enseignant, qui savent rechercher ou demander les informations utiles à la réussite d’un exercice, qui en comprennent le sens…) s’ennuient; les enfants en difficulté n’ont pas le temps de terminer, la tâche est trop longue ou trop complexe, et les décourage… Ils ne comprennent souvent ce qu’on attendait d’eux qu’au moment de la correction collective. Même s’ils « prennent » la correction, ils se sentent en échec.

    Ça suffisait... il me fallait changer un paramètre.

    Je tente d’intégrer maintenant, de façon systématique, une différenciation modérée à ma pédagogie (dans les domaines des mathématiques et du français, et uniquement sur la quantité des exercices), en essayant de respecter certaines conditions :

    -  Le fonctionnement et les enjeux doivent être les plus clairs possibles pour les élèves : un document accessible rend compte à la fois des attentes et des réussites, dans le cadre d’une évaluation formative (c’est le « plan de travail »[2]).

    Exemple :

    Il n’est pas le reflet d’un jugement de valeur sur les possibilités de chacun, mais le résumé des progrès, des points faibles et forts à un moment précis de la scolarité (ils couvrent une courte période), dans le sens d’une acceptation de ses différences individuelles et d’une meilleure (connaissance, appréhension) de ses compétences. Il répertorie (par un  point vert dans la case correspondant) uniquement les exercices réussis

     

    -   elle ne doit concerner ni les concepts, ni les objectifs grammaticaux et mathématiques -afin de ne pas s’écarter des programmes officiels - ni les projets d’écriture, qui sont communs à la classe.

    Certains profils de la classe engagent en effet à une programmation d’autant plus rigoureuse et détaillée que le risque est grand de perdre de vue les ambitions du cycle 3, ou de ralentir le rythme soutenu qu’imposent les programmes.

    -   Le travail demandé ne sera individualisé qu’en cas d’extrême difficulté scolaire ou linguistique (exemple : enfant du voyage ou non francophone inscrit temporairement dans l’école, comme c’est déjà arrivé).

     

    - Elle doit permettre la réussite la plus autonome posible (même après plusieurs essais infructueux) de certaines tâches, c’est-à-dire privilégier l’autocorrection et l’évaluation positive, afin de faire de l’erreur une étape ordinaire de l’apprentissage.

    - Il n'y aura plus de corrections collectives traditionnelles, mais des moments, en début de sance, de "relances" collectives, puis des aides individuelles... permettant de revenir sur la tâche de la veille et de s'auto-corriger.

      


    [1]  Six élèves de la classe ont déjà été maintenus. Beaucoup sont en échec ou peu autonomes : lors des répartitions, l’équipe a préféré placer, à raison, les élèves de ce2 les plus autonomes dans le double niveau ce2-cm1.

    [2] Inspiré par la PMEV, mais beaucoup moins souple : j’impose aux élèves l’ordre dans lequel ils vont réaliser les exercices ou les ateliers, dans la mesure où j’essaie de classer les tâches dans l’ordre croissant de difficulté : les dernières, accessibles au plus rapides, requérant généralement des compétences multiples.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 19 Août 2012 à 12:21

    Bravo, quelle belle présentation!

    Encore une fois, je fonctionne pareil que toi...

    2
    Dimanche 19 Août 2012 à 12:26

     Zaubette, je te love !

    3
    Samedi 10 Août 2013 à 11:46

    C'est génial que tu mettes cela en place dans ta classe. On est clairement dans un respect de l'élève et on le place au centre de son apprentissage sans frustration et sans sentiment d'échec. Bravo!

    4
    Samedi 10 Août 2013 à 13:09

    Merci beaucoup.

    "sans sentiment d'échec" : c'est exactement ce qui est visé !

    5
    Sapotille
    Dimanche 29 Septembre 2013 à 21:27

    Ces plans de travail semblent être un outil très performant pour faire progresser les élèves ..

    Zaubette a montré le chemin et beaucoup adoptent ce mode de fonctionnement .

     

    J'aime beaucoup te façon de l'adapter à ta classe, abcdefghij,  nul doute que tes élèves et toi vous allez en récolter les fruits ...

     

    Si j'étais encore  des vôtres , je vous rejoindrais certainement.

     

    Mais j'aime bien "mes" grandes vacances !

     

    6
    Dimanche 29 Septembre 2013 à 21:56

    Sapotille, il me semble bien qu'abcdefg pratiquait ses plans de travail bien avant que je m'y mette...

    7
    Sapotille
    Dimanche 29 Septembre 2013 à 22:07

    Alors vous êtes deux championnes toutes catégories ...

    Mon  erreur voient stands doute que c'est d'abord chez toi que je les ai lus en détails  à cause de la classe de CE1 ...

    Toutes mes excuses , abcdefghij .

    8
    Sapotille
    Dimanche 29 Septembre 2013 à 22:32

    Je voulais dire "mon erreur vient  sans doute ...."  Mais une tabletteńen fait qu'à sa tête ....

    9
    Samedi 12 Octobre 2013 à 19:42

    Purée Zaubette... Ton honnêteté (comme ta gentillesse, d'ailleurs) est aussi rare que chère !

    10
    Sapotille
    Samedi 12 Octobre 2013 à 19:50

     

    Mais toi, abcdefgh, à l'origine,  tu en avais déjà entendu parler, de ces plans de travail ou c'est une idée qui vient de toi ...

     

    Ce qui est magnifique, c'est la chaîne qui s'est ainsi créée entre collègues, pour le bien des élèves.

    11
    Mercredi 1er Janvier 2014 à 18:42

    Ca vient de moi ce truc à la base. http://apprendrealire.eklablog.com/les-techniques-freinet-de-l-ecole-moderne-1964-a105572624

     

    J'adore ton blog.

    @+

    Spino Freinet

     

    12
    Jeudi 2 Janvier 2014 à 13:35
    Merci ! à plus !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :